2021 : Qu’implique la reprise en K ?

Le 16 Novembre 2020. C’est le moment où ces lignes commencent à être écrites. C’est aussi le temps où les ETI se sont centrées sur leur bilan économique. Personne n’est disponible. Personne ne communique. Tout le monde est débordé à préparer 2021. Par quelques sources provenant des ministères, nous savons que les entreprises sont inquiètes et songent à trouver de nouveaux relais de croissance. Elles cherchent. Elles attendent après l’Etat qui mettait en place activement son chèque “France Export” dans cette optique. Une initiative pertinente ? On pourrait la traduire autrement : “Débrouillez-vous entre vous, on finance une partie de vos opérations, mais on ne peut pas être au four et au moulin”. Tout le monde observe l’Etat, attend, se questionne sur comment faire demain… en se disant qu’il faudrait faire comme hier, car sinon comment faire ?

Pourtant, il y aura bien des gagnants et des perdants. Le temps des comptes est nécessaire. On parade aussi entre nous, entrepreneurs et dirigeants, affirmant que le chiffre d’affaires a bien été réalisé, que tout va bien. C’est ce qui s’entend dans les rues de Paris. Apparemment tout va bien. Pourtant l’INSEE et les instances internationales sont assez claires et parlent d’une récession dans tout l’Occident. Une récession, cela veut bien dire qu’il y a des gagnants et des perdants. En bourse, on sait que les gagnants sont les entreprises du digital. France Relance a aussi posé la trame de sa stratégie d’investissement et d’opérations pour défendre la souveraineté de la France, de la France avec ses alliés Européens, eux-mêmes s’étant dotés de plans de relance (ou d’hypothèse de plan).

La reprise se fera, c’est certain ! Et l’arrivée d’un premier vaccin viable à 90% annonce des lendemains meilleurs pour la mobilité, pour le travail. Mais la dilatation économique est aussi une réalité. Notre enquête nous a conduit à voir certains secteurs émergés, ceux qui sont poussés notamment par l’interventionnisme d’Etat. Les autres… Ils tentent de colmater les brèches et évitent de communiquer. La reprise en K devient une réalité. Qu’est ce qu’elle implique, réellement ?

Nous nous retrouverons sur Décembre et Janvier pour trois articles explorant certaines pistes clés sur le contexte en France et les débouchés possibles notamment dans un marché domestique européen plus intéressant.